Du point de vue des cosmogonies diverses, les animaux sont des êtres vivants au service de la survie de l’homme, qui doit nécessairement les chasser.

D’abord, l’homme a besoin d’apports nutritionnels multiples et divers, et la viande rouge représente l’un de ses apports notamment en protéines animales. En ce sens, la chasse constitue un bien pour l’homme.

Ensuite, certains animaux, du fait de leur alimentation par exemple, recèlent en eux certaines propriétés médicamenteuses nécessaires à la guérison de plusieurs maux. Dans cette perspective, il est bon de chasser pour extraire celles-ci.

Enfin, de tout temps, le contact des hommes a été marqué par des échanges de biens de valeur au rang desquels des fourrures, des peaux, des cornes, essentielles pour la survie, le prestige, le combat ou la décoration, entre autres.

Au regard de ces arguments, et considérant du point de vue de la cosmogonie judéo-chrétienne (en l’occurrence) que la nature est au service de l’homme appelé à l’exploiter, il apparaît que la chasse est une activité essentielle pour l’humanité à bien des égards.